Liliane POUL

Graphologue Graphothérapeute

Missions ponctuelles auprès de la Police

Pourquoi est-il nécessaire
et même indispensable
de bien écrire ?

Livre Lécriture de la préhistoire à aujourdhui de Liliane Poul

Image enfant qui écrit

Dysgraphie

Selon la définition d’AJURIAGUERRA : « Tout enfant chez qui la qualité de l’écriture est déficiente alors qu’aucun déficit neurologique ou intellectuel n’explique cette déficience ».

Nous considérons comme dysgraphique, une écriture qui en absence de trouble neurologique, empêche le scripteur de structurer, de libérer ses émotions, de mettre en forme ses sentiments, en un mot de communiquer sur le plan intellectuel et affectif.

Ceci parce que son écriture n’est pas assez rapide, pour suivre le rythme de la pensée, pas assez lisible pour communiquer une idée ou se relire soi-même, parce qu’elle est une entrave au développement scolaire normal ou parce qu’elle ne correspond pas à l’idée que le scripteur se fait de lui-même ou de l’image qu’il voudrait en donner.

Les causes de la dysgraphie

  • Dysphasie et Dyspraxie,
  • Enfant ayant un déficit important de l'attention
  • Problème d'ordre psychologique (cela se traduit par un refus de l'écrit ou un désir de non communication)
  • Des séquelles d'accident ou de traumatisme, de choc émotionnel.

Quelques repères

  • Il semble en difficulté à l'école et les enseignants se plaignent de son écriture,
  • Il écrit mal ou il doit fournir trop d'efforts pour écrire. Ses cahiers sont mal tenus et illisibles,
  • Il est trop lent et ne sais plus suivre en classe,
  • Il écrit trop vite, avec précipitation et sans contrôler son geste graphique,
  • Il se plaint de douleurs en écrivant (crampes, mal au poignet),
  • On ne sait pas s'il est gaucher ou droitier.

EXEMPLE DYSGRAPHIE

EXEMPLE DYSGRAPHIE   EXEMPLE DYSGRAPHIE
 
EXEMPLE DYSGRAPHIE   EXEMPLE DYSGRAPHIE

On parle de dysgraphie quand l’écriture est trop lente, illisible, fatigante en dehors de tout trouble neurologique avéré.